Calendrier de l'avent du domaine public - 2014/2015

Qui s’élèvera dans le domaine public en 2018 ?
Chaque jour de décembre, découvrons le nom d’un auteur dont les œuvres entreront dans le domaine public le 1er janvier 2018.

À propos
↧↧

Accueil > Entrants 2016 > Muhammad Mandur

Muhammad Mandur

  • mercredi 9 décembre 2015
  • /
  • Dans le DP en

Muhammad Mandur
محمد مندور

JPEG - 8.9 ko
Couverture du livre de Mahmud Samra sur Muhammad Mandur, publié en 2016

"La religion est pour Dieu et la patrie pour tous" avait l’habitude de dire Muhammad Mandur... Ce journaliste engagé dans l’indépendance de l’Egypte, critique littéraire, poéte et amoureux de la littérature française a traduit du français vers l’arabe les oeuvres de Georges Duhamel, Alfred de Musset, Marivaux ou Flaubert. Entre 1930 et 1939 il vécu à Paris, après l’obtention d’une bourse d’étude en littérature. Revenu au Caire, où il soutient sa thèse de doctorat en 1943 sous la direction de l’écrivain et historien Ahmad Amin , il peine à obtenir un poste de professeur à l’université et préfère se destiner au métier de journaliste pour exprimer librement ses idées. Il débute sa carrière au journal journal wafdiste al-Misri puis au quotidien, Sawt al-Ummaqui quand le titre est arrêté en 1946 après une accusation de communisme. Pour pouvoir défendre ceux qui oeuvrent pour l’indépendance de son pays, Mandur s’inscrit comme avocat en 1948 puis devient député pour le Parti Wafd en 1949.

Observez la page qui lui est destinée sur Worldcat Identities, le vaste index constitué des autorités auteurs prises dans les catalogues des bibliothèques du monde :

JPEG - 231.9 ko

En la parcourant, on se rend compte qu’après une vie éditoriale prolifique, ses oeuvres et ses traductions continuent encore aujourd’hui à être publiées, étudiées, réutilisées dans des ouvrages... Cela sera désormais plus simple puisque cet homme de grand engagement fera dès 2016 partie du domaine public.

Références :


Article Wikipédia : https://en.wikipedia.org/wiki/Muham...


Domaine public

Disparu en 1965, Muhammad Mandur entre bien dans le domaine public cette année. En Égypte, les droits patrimoniaux expirent au terme de 50 ans. Cette durée réduite est applicable en France, l’Égypte n’étant pas un pays membre de l’Union Européenne.


JPEG - 3.5 ko
Retour en haut